Bilan de nos avancées et perspectives !

Voilà un petit bilan de nos avancées pour l’instant. Accompagné d’un planning prévisionnel, il peut permettre de nous mettre les idées au clair sur ce que peut être le lancement d’une initiative de Territoire en Transition !

Bilan et perspectives transition en Lozere

Publicités

Marvejols 2: Samedi 23 février, 2ème rencontre pour la transition

Marvejols en Transition – Rencontre du 23 février à Espères

Lieu : Espères (près de Saint Léger de Peyre), chez David et Maud de l’association « Ca vous botte » (promotion de l’écoconstruction et de l’entraide en Lozère)

Présents : (et une idée sur ce qui nous touche dans la transition)
Guillaume : échange de savoir-faire
Maud : échanges
David : décroissance
Marc : cheminement
Katia : entraide
Ana : autonomie/autogestion
Benjamin : espoir !, vision positive
Nico : humain : toucher les familles les plus démunies
Karine : Enfin !!!
Raphaëlle : mise en réseau
Cécile : solidarité

Objectifs : Mieux faire connaissance ! Formuler ses attentes personnelles à propos d’un projet de transition, les partager et les traduire en objectifs pour le collectif de transition en Lozère.

Echanges d’idées autour du week-end du 20 avril « la fête de la transition ».

OBJECTIFS DU COLLECTIF DE TRANSITION

Faire savoir ce qui se fait déjà

  • Faire des activités d’initiatives déjà existantes un support d’événementiel festif

  • Mise en réseau d’acteurs

Faire prendre conscience de l’aliénation mentale

  • Proposer des ateliers pour apprendre à se nourrir sans supermarché

  • Jeux de prise de conscience de l’action de la pub et de la télé sur nos esprits

Faire vivre la vie locale

  • Entrée par l’aspect rencontre, festif

  • Faire passer le message « transition » à travers des événements de vie locale avant tout : aspect solidarité et transmission meilleure porte d’entrée que le message écolo

Echanges de savoir-faire (Transmission)

  • Echanges intergénérationnels (Ateliers en maisons de retraite?)

  • Réseau de personnes ressources

Echanges de services : comment ?

  • Seldeloz : comment rebondir ?

Discussion autour des différents principes qui peuvent fonder l’échange de services :
Thèse 1 : attribution d’une valeur = même système que la monnaie. Le système de troc de services sans système de point écarte le risque de « capitalisation » (une des raisons de l’essoufflement du seldeloz). Thèse 2 : un système de point rassure, permet donc d’étendre le service pour tout le monde (hors potes ou relation basée sur la confiance)
=> Faire découvrir le système du J.E.U, (voir le lien dans la catégorie Synergies)

Faire un(des) lieu(x) permanent(s) de la transition

où ? cf revalorisation du patrimoine dans les petites localités (hors Mende et Marvejols)
Proposition du lieu associatif à saint Léger de Peyre

Créer des modes de consommation collectifs

  • Jardins partagés

  • Echange de semences

  • Groupement d’achat

OBJECTIFS TRANSVERSAUX

Événementiel / ouverture au public / communication = objectif transversal dans chacune des actions (sensibilisation « douce », par l’action et la cohérence personnelle). Ex : créer un événement de lancement du groupement d’achat, distribution de paniers au champs dans des jardins partagés etc…

Mende 2 : Rencontre du 17 février – 2ème réunion pour la transition

Rencontre du 17 Février à Mende

Lieu : Salle des associations

Présents : Virgile, Loïs, Martine, Elisabeth, Sylvie, Rollande, Gerarta, Carole, Sandra, Cécile, Raphaëlle.

Objectif : Mieux faire connaissance ! Formuler ses attentes personnelles à propos d’un projet de transition, les partager et les traduire en objectifs pour le collectif de transition en Lozère. Des objectifs sont rarement pensés hors des moyens de les atteindre. Les moyens d’action imaginés lors de cette réunion sont donc déclinés sous les objectifs principaux. Il ne s’agit que de pistes… Les leviers d’action seront l’objet exclusif de la prochaine réunion afin de déterminer un plan d’action.

OBJECTIFS DU COLLECTIF TRANSITION

METTRE EN RESEAU LES ACTEURS DE LA TRANSITION (individus et associations)

– Amener plus de visibilité
– Mise en lien des différentes thématiques = approche transversale de la transition (énergie, habitat, alimentation…)
– Centraliser ces acteurs sur un blog/site avec une catégorie « initiatives ressources » = réseau support de l’échange de savoir-faire.
– Réunir les liens vers les sites d’autres associations lozériennes sur le blog/site, mais aussi les projets qui n’ont pas d’interface internet (amap etc…)
– Cartographie d’acteurs ? = Mise en réseau visuelle

FAIRE DES ATELIERS D’ECHANGE DE SAVOIR-FAIRE, NOTAMMENT INTERGENERATIONNEL

–       Centraliser les propositions sur un site/blog (grâce notamment aux initiatives ressources)
–       Proposer des ateliers à l’école pour occuper le temps libre des enfants suite à la réforme des rythmes scolaires

MENER DES ACTIVITES DE SENSIBILISATION / INFORMATION / EDUCATION

– Projets pédagogiques. Projets en cours : avec l’association « Ca vous botte » (écoconstruction) et au centre social de Marvejols.
– Echanges d’outils pédagogiques avec des institutrices?
– Projections documentaires-débat à dates régulières, dans différentes villes et villages de Lozère.
– Actions de rue

AUGMENTER LE NOMBRE DE PERSONNES DANS LE PROJET TRANSITION

–       Inviter une personne de nos réseaux personnels à nous rejoindre aux rencontres du collectif
–       Diffuser les infos sur le blog et dans nos réseaux
–       Rendre notre blog visible, l’alimenter et le faire vivre
–       Participer aux manifestation/événements, se rendre visible (se rencontrer, créer du lien + faire des partenariats)
–       Transition = enthousiasme : plus attirant pour les « non-convaincus » que la vision habituelle de la décroissance austère
–       RENDRE PUBLIQUE L’ACTION DU COLLECTIF :

  • créer un lieu permanent ? (café associatif, épicerie solidaire…) Formel/informel ?
  • Événementiel (Projet en cours : weekend transition le 20 avril à Saint Leger de Peyre à l’initiative de l’association Ca vous botte).

FAIRE DU PLAIDOYER

Dans un second temps, après la structuration du projet, porter les idées de la transition auprès des élus : réunions publiques, saisir les opportunités de démocratie participative, rencontre à la demande du collectif…

ORGANISER ET PROPOSER DES FORMATIONS

– Transformation personnelle/transition intérieur = base du changement extérieur
– Formations pour comprendre en profondeur
– Formations pour acquérir des compétences

OBJECTIFS TRANSVERSAUX

CREER DU LIEN / RENCONTRER DES GENS DANS LA MEME DYNAMIQUE

–       Echanger est une forme d’action (recharge en énergie)
–       Participer aux manifestations/événements (mieux se connaître entre nous également)
–       Vivre la décroissance ensemble : aspect collectif

PRENDRE EN COMPTE LA COMPLÉMENTARITÉ ACTION/FORMATION

–       Besoin d’action : « il faut essayer ». L’échange de compétences comme levier d’action primordial.
–       D’autres ont aussi besoin d’être dans la réflexion et la formation.

Prochain rassemblement : Proposition le dimanche 17 mars ?

Marvejols 1 : projection-rencontre du 26 janvier 2013

Note : dans ce compte rendu nous avons essayé de rendre compte de l’ensemble des aspects de la soirée. S’il y a des manques, ce n’est que faute de mémoire. Merci donc de le signaler en commentaire afin de compléter ce qui est écrit ici…

-> SYNTHÈSE (non exhaustive!) DES ÉCHANGES APRES LA PROJECTION, PAR GROUPE DE 4 :

RÔLE FONDAMENTAL DU LIEN, DE L’ECHANGE ET DU PARTAGE
Car il existe un foisonnement d’idées et d’initiatives. Nous avons tous des choses à nous apprendre.

APPUYER SUR LE TRANSFERT DE SAVOIR-FAIRE INTERGENERATIONNELS
Aberration des personnes âgées isolées en maison de retraite sources de connaissances inestimables… Proposition d’atelier d’échanges intergénérationnels.

LE CHANGEMENT EST UNE DÉMARCHE INDIVIDUELLE
. Soulève le rôle fondamental de l’éducation et de la sensibilisation : si le changement part de l’individu, alors chaque individu doit en être conscient (= être sensibilisé aux conséquences de ses actes et donc du potentiel issu de leurs modifications)
. Difficulté à changer ses habitudes : au delà de la prise de conscience le passage à l’acte reste difficile pour certains.
. Le changement se fera par rayonnement de l’individu sur les autres et donc sur le
collectif.

GROS EFFORTS A FAIRE À PROPOS DU RECYCLAGE ET DE LA RÉUTILISATION

-> ÉCHANGES DURANT LE CERCLE :

Quelques participants et domaines d’activité (donne une petite idée de notre potentiel commun !!!) :
– Association Voisine : covoiturage en Lozère.
– Energie : hydraulique (produit son électricité lui même), bois…
– Eco-construction et habitat autonome, association Voies Vertes, association Ça vous botte
– Association Loz’herbes : savoir populaire, cueillette et biodiversité locale
– Maraicher, conservation de variétés anciennes locales
– Apiculture
– Elevage
– Plusieurs personnes qui expriment :« Je cultive mon jardin »

Rôle du politique dans la transition :
– Originalité de la Transition : comme le montre le film, l’initiative vient d’en bas pour remonter vers le haut. Le politique intervient en accompagnement. Plus que ça, le citoyen et le politique sont placés au même  niveau : ils sont, l’un et l’autre, autant force de proposition et d’action. Le politique ne peut pas être à l’origine de la transition car le rôle de l’élu est avant tout d’être un médiateur, de tempérer entre les différentes envies pour que personne ne se voit imposer quelque chose.

Quelles sont les étapes pour mener à bien une initiative de transition ?
– Créer un petit groupe fondateur à l’origine, qui prévoit à l’avance sa dissolution et les outils de gestion des conflits. Ce groupe a pour rôle d’impulser et entretenir la dynamique, mais en aucun cas il ne doit s’approprier le projet et nuire à la créativité des autres.

Comment ensuite articuler groupe « fondateur » et autres individus/associations participants ?
– Grande flexibilité ! Proposition :constituer par affinités, différents « comités » par thématique (alimentation, énergie et habitat, transport, éducation et actions de sensibilisation…) avec un groupe coordinateur : le collectif.

Mise en réseau des initiatives associatives ou individuelles pour une approche globale et cohérente, associant les différents domaines de la société.
– Amener plus de visibilité aux initiatives porteuses de changement.
– Poids dans l’opinion publique : effet démultiplicateur des réseaux, redonne confiance en l’avenir.
– Poids vis à vis du politique.

Difficultés du changement, désillusion/utopie… ?
Plusieurs remarques sont ressorties :
– Manque de confiance et/ou connaissances dans les solutions alternatives (exemple des « bio »-carburants et de « si chacun faisait ses légumes, que deviendraient les maraichers ? »).
– Importance du volet SENSIBILISATION, indissociable du volet ACTION.
– Difficulté de la reconversion agricole
– Problème du foncier en agriculture

Démarche inclusive de la transition et délicatesse de la gestion collective
Quelques mises en garde :
– Qu’un groupe ne prenne pas le dessus sur les autres.
– La multiplication des associations, des collectifs etc peut noyer l’action.
– Au delà des domaines de l’économie et de l’environnement, la résilience locale passe par la création d’un tissu social soudé.
– L’union fait la force. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Pas de stigmatisation : qui n’a pas ses contradictions ?

Prochain rassemblement : samedi 23 février, 18h, chez « Ca vous botte », association de promotion de l’éco-construction, à Espères, près de Saint Léger de Peyre.

Mende 1 : projection-rencontre du 25 janvier 2013

Note : dans ce compte rendu nous avons essayé de rendre compte de l’ensemble des aspects de la soirée. S’il y a des manques, ce n’est que faute de mémoire. Merci donc de le signaler en commentaire afin de compléter ce qui est écrit ici…

-> SYNTHÈSE (non exhaustive!) DES ÉCHANGES APRÈS LA PROJECTION

Transition : rien de nouveau ?

. Certains ont appliqué cette démarche dans leur quotidien depuis des années déjà. La Transition n’a alors rien de nouveau. Malgré cela, l’aspect nouveau est de faire vivre à plus grande échelle ce qu’on fait chez soi à petite échelle, seul ou entre amis.
. Pour d’autres l’idée d’une « Transition » est nouvelle et apporte plein d’espoir. Par exemple, une dame âgée a demandé s’il y avait déjà des initiatives qui allaient dans ce sens en Lozère, ou s’il fallait tout créer… Il en existe évidemment un nombre important, mais manifestement plus ou moins accessibles et visibles selon les milieux…

. Il y a déjà des initiatives, que pouvons nous faire en plus ?

. Les monnaies locales : l’image du seau percé employé par un économiste, un attrait particulier sur la création d’une monnaie locale. D’autres ne comprennent pas bien l’intérêt des monnaies locales.

. Rôle du politique : difficulté de mettre en place une horizontalité : tout nous vient d’en haut. Comment faire pour aller dans un meilleur sens en étant accompagné par les pouvoirs publics ?

. Gêne concernant le deuxième C de CCFD : nous avons expliqué que c’est une ONG très ouverte et non confessionnelle, et que si nous créons un collectif de Transition il sera indépendant du CCFD. Le CCFD, organisation catholique à son origine, ne réunit pas en son sein que la communauté chrétienne mais aussi des laïques et d’autres religions. L’aspect non confessionnel du CCFD, qui est très clair pour ce qui y sont actifs, a gêné certains participants qui ont pu se sentir « pris au piège » ou mal à l’aise. Nous avons insisté sur le fait que le projet de Transition est indépendant du CCFD. Ce dernier sert avant tout de « cadre de lancement », très utile notamment du côté financier.

. Proposition de mener des actions ; problématiques locales en Lozère : Accès à la terre, dépendance au marché extérieur… témoignage d’un jeune maraîcher souhaitant s’installer en bio mais rencontrant de grosses difficultés car il n’est pas originaire du coin…

. La notion de Transition : un concept à s’approprier. Il y a eu une gêne concernant l’insistance sur la notion de « transition » : réaffirmation du fait qu’il s’agit d’une idée à mettre en œuvre à sa manière au niveau local…
. L’approche du changement par le concept de Transition, n’aura toujours que pour effet de convaincre les convaincus ou une certaine catégorie de personne dont la sensibilité est touchée par l’altruisme, la solidarité etc… Tout le monde n’a pas cette sensibilité. Il est donc important d’aborder aussi le changement par une approche, où tout le monde peut y trouver des choses qui le touche. Parler d’amélioration du revenu etc… Puisque le but est d’allier ces différents aspects (revenu et qualité de vie, bien-être commun, solidarité avec les générations futures etc…), différentes entrées sont possibles. Exemple de différentes action collectives ou solidaires (comme « tuer le cochon ») : certains vont apprécier parce-que c’est convivial d’autres parce que sans le collectif ils ne pourraient tout simplement pas le faire.

-> EN CONCLUSION

. Points négatifs :
• Certaines personnes n’ont pas accroché avec l’animation et la manière de parler de l’intervenante, la temporalisation rapide (plus clochette, qui n’était pas vraiment appréciée) ou l’aspect un peu « scolaire ».
• Certaines personnes se méfient du caractère catholique du CCFD.
• Certaines personnes regrettent de ne pas être repartis chez eux avec plus de concret : une date de réunion par exemple, etc…

. Points positifs :
• Au moins 12 personnes souhaitent s’investir dans la suite du projet (ceux qui ont laissé leur contact)
• Certaines personnes sont ravies de voir qu’un tel projet de fédération des initiatives existantes prenne forme sur le territoire.

Prochain rassemblement : dimanche 17 février, 18h à la salle des associations de Mende.

Il était une fois…

Première Rencontre de Lozère en Transition...

18h : Arrivée des participants, en musique ! :)

-> Présentation des organisatrices et du contexte

. Raphaëlle et Cécile : engagées en service civique par le CCFD-Terre Solidaire pour 8 mois. L’objectif de ce service civique consiste à lancer une initiative de Transition en Lozère.

Le CCFD-Terre solidaire est une ONG française de Solidarité Internationale depuis 1961.

Elle a 3 domaines d’activités :

• appui aux partenaires de pays du Sud (soutient financier d’ONG, coopératives locales, etc)
• plaidoyer et mobilisation
• éducation à la Solidarité Internationale et à l’Environnement

…Dans divers domaines d’action : développement et réduction de la pauvreté, résolution des conflits et paix, migrations, égalité hommes-femmes,…

Avec la Transition, le CCFD Terre-solidaire présente la démarche originale, pour une ONG de solidarité internationale, d’agir au niveau local pour avoir une action sur des problématiques d’échelle internationale (voir le document « Pourquoi la Transition dans la Solidarité Internationale ?« ). L’aspect catholique du CCFD a gêné certains, mais comme l’a fait remarqué une personne lors de la rencontre de Marvejols : « le CCFD est le regroupement d’un ensemble de mouvements dont le but commun est avant tout le respect de l’homme dans son intégralité et son universalité. La peur d’être piégé ne peut saisir que ceux qui ont reçu une autre image de la pensée catholique et c’est cette image qu’il faut rectifier, plutôt que de laisser entendre que le CCFD finalement voudrait gommer son second C. Nous sommes ouverts à tous, grâce à notre vocation universelle basée sur les valeurs évangéliques. C’est là, je pense, la raison d’être du CCFD qui chemine dans cette voie malgré les tentatives de récupération idéologiques passées et peut-être présentes. »

. Anne Amblès, intervenante animatrice : Formatrice-Animatrice sur la Transition, Membre du groupe de liaison Transition France et Monde et actrice de « Mayenne en transition ».

-> Des temps d’échanges, avant et après la projection:

Juste avant la projection : l’intervenante a proposé aux participants d’échanger par
binôme sur :
– Pourquoi j’ai été motivé-e à venir ?
– Pourquoi j’ai hésité à venir ?
– Qu’est-ce qui m’empêche d’être complètement présent-e ?

L’objectif était de renforcer l’interaction entre des personnes qui ne se connaissent pas, et d’aller en l’encontre du sentiment de passivité dans lequel on peut se trouver lorsque l’on va voir un film.

Avant la projection, Anne Amblès a parlé de la Transition comme un mouvement d’ « écologie profonde », ce qui a pu parler à certain-e-s et troubler voire refroidir certain-e-s autres…

Après la projection : les participants se sont d’abord réunis par groupe de 4 pour partager leurs premières impressions après la projection, faire ressortir ce qui les a marqué, positivement ou négativement.
Les échanges se sont poursuivis ensemble lors d’un grand cercle afin que tout le monde entende ce que chacun avait à dire, puis durant un buffet en musique.

Pour suivre les propos qui se sont tenus lors de ces échanges, reportez vous aux comptes-rendus spécifiques à chaque ville